Les bases d’IGRP : Interior Gateway Routing Protocol

-

Dans le monde des réseaux et communications électroniques, les protocoles de routage jouent un rôle essentiel pour assurer un transfert efficace des informations entre différents dispositifs. L’un de ces protocoles est l’Interior Gateway Routing Protocol (IGRP), un protocole de routage développé par Cisco Systems au début des années 1980. Dans cet article, nous aborderons les aspects clés et les fonctionnalités de ce protocole, ainsi que son utilisation dans la conception des réseaux.

Fonctionnement d’IGRP

L’IGRP est un protocole de routage à vecteur de distance qui utilise un algorithme pour déterminer les meilleures routes pour envoyer des paquets de données à travers un réseau. Le principal objectif de ce protocole est d’améliorer les performances et la fiabilité par rapport aux autres protocoles de routage tels que RIP (Routing Information Protocol).

Algorithme

L’algorithme utilisé par IGRP est fondamentalement basé sur le concept de vecteur de distance. Il évalue différentes métriques pour choisir le chemin optimum pour acheminer les données. Parmi ces métriques, on trouve :

  • Le délai
  • La bande passante
  • La charge du réseau
  • La fiabilité
  • Le coût (optionnel)

En fonction de ces critères, IGRP détermine le coût cumulatif associé à chaque chemin et sélectionne la route ayant la plus faible valeur. Ce processus améliore non seulement la vitesse de transmission des données, mais permet également d’assurer une répartition équilibrée du trafic sur l’ensemble du réseau.

Mise à jour des tables de routage

Afin de maintenir des informations à jour sur les chemins disponibles, IGRP utilise un mécanisme appelé updates périodiques. Ces mises à jour sont envoyées périodiquement par chaque routeur à ses voisins pour partager leurs connaissances sur l’état actuel du réseau. De cette manière, tous les dispositifs restent informés des changements dans la topologie du réseau et peuvent ajuster leurs tables de routage en conséquence.

Avantages et inconvénients d’IGRP

Comme tout protocole de routage, IGRP a ses avantages et ses inconvénients. Voici quelques-uns des aspects positifs et négatifs liés à son utilisation :

Avantages

  • Fiabilité et stabilité : L’un des principaux avantages d’IGRP est sa fiabilité et sa capacité à éviter les boucles de routage. Il inclut plusieurs mécanismes pour y parvenir, tels que « Split Horizon » et « Hold Down ». Ces mécanismes empêchent les problèmes potentiels liés aux ralentissements ou aux pannes du réseau et assurent un fonctionnement stable.
  • Flexibilité : Étant donné qu’IGRP prend en compte plusieurs métriques pour choisir les chemins optimaux, il offre une plus grande flexibilité dans la conception et la gestion des réseaux. Cette capacité permet aux administrateurs de réseau d’équilibrer différents aspects du trafic, tels que le délai et la bande passante.
  • Adaptabilité : IGRP est capable de s’adapter rapidement aux changements dans la topologie du réseau, grâce à son système de mises à jour. Il garantit ainsi un routage efficace et stable même dans les environnements à forte variation.

Inconvénients

  • Ressources requises : L’un des principaux inconvénients d’IGRP est qu’il nécessite davantage de ressources matérielles et logicielles par rapport à d’autres protocoles de routage, tels que RIP. Cela signifie qu’il peut coûter plus cher à mettre en place et maintenir, ce qui peut être problématique pour certaines organisations ayant des contraintes budgétaires.
  • Scalabilité limitée : Bien qu’IGRP soit conçu pour supporter de grands réseaux, sa scalabilité reste limitée en comparaison avec d’autres protocoles tels qu’EIGRP (Enhanced Interior Gateway Routing Protocol) ou OSPF (Open Shortest Path First). Ceci est principalement dû au fait qu’IGRP utilise des mises à jour périodiques pour synchroniser les connaissances, ce qui peut générer une importante quantité de trafic dans les grands réseaux.

IGRP et autres protocoles de routage

Il existe plusieurs alternatives à IGRP dans le domaine des protocoles de routage. Parmi eux, on trouve :

  • RIP : Routing Information Protocol est un autre protocole de routage à vecteur de distance, qui est moins complexe qu’IGRP et possède une large adoption. Cependant, il présente certaines limites en termes de performances et de stabilité, ce qui explique pourquoi IGRP a été développé pour surmonter ces défis.
  • EIGRP : L’Enhanced Interior Gateway Routing Protocol est une extension de l’IGRP qui améliore la performance et la scalabilité en introduisant des mises à jour incrémentielles plutôt que périodiques. EIGRP est également compatible avec les réseaux IPv6.
  • OSPF : Open Shortest Path First est un protocole de routage à état de lien qui offre des performances plus rapides et une meilleure gestion des ressources par rapport à IGRP. Cependant, sa mise en œuvre peut être plus complexe.

En fin de compte, le choix du protocole de routage dépendra des exigences spécifiques d’un réseau et des priorités de l’organisation en matière de coûts, de performances et de flexibilité.

Conclusion

L’Interior Gateway Routing Protocol (IGRP) est un protocole de routage conçu pour offrir une meilleure performance et fiabilité par rapport à d’autres protocoles de routage, tels que RIP. Bien qu’il présente des avantages en termes de stabilité et de flexibilité, il peut nécessiter plus de ressources et présente une scalabilité limitée. Il est important de tenir compte des besoins spécifiques d’un réseau lors de l’évaluation de l’utilisation d’IGRP ou de ses alternatives.

Renard Michel
spot_img
Articles connexes